Colloque Les révoltes fiscales à l'époque contemporaine

6 septembre 2010
Par

Les révoltes fiscales en Europe, aux Amériques et dans les empires coloniaux
(fin du XVIIIe siècle – fin du XXe siècle)

Paris, EHESS, 14 et 15 octobre 2010

Grand amphithéâtre de l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Colloque international coorganisé par le Centre d’études nord-américaines (EHESS/UMR MASCIPO 8168), l’Institut universitaire de France, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS/CNRS, UMR 8066) et le Centre d’histoire de Sciences Po

Organisation : Nicolas Delalande et Romain Huret

Les révoltes fiscales ont rythmé l’histoire politique, sociale et économique des États et des empires depuis les révolutions de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. Qu’ils soient le fait de paysans appauvris, de classes moyennes en révolte ou d’élites économiques, ces mouvements de contestation de l’impôt ont pris des formes extrêmement diverses selon les temps et les lieux (rébellions, pétitions, manifestations, évasion fiscale, fraude, etc.). Loin de s’apparenter à une survivance archaïque ou à un répertoire d’action collective en voie de décomposition, ces mobilisations ont puissamment façonné le rapport des citoyens au pouvoir, les formes de la démocratie et le rôle de l’État en matière de redistribution des richesses. Ce colloque international, qui réunit une vingtaine de chercheurs, propose pour la première fois de mener une étude d’ensemble des révoltes fiscales, comprises dans un sens large comme toute mobilisation collective impliquant, en discours ou en pratique, le refus temporaire ou permanent de payer l’impôt à l’autorité qui le réclame. Il s’agira de préciser le sens et l’usage de la révolte fiscale comme catégorie d’analyse et comme forme de mobilisation, d’étudier l’évolution des pratiques et des stratégies mises en œuvre par les contestataires de l’impôt, et de comprendre le lien entre ces mouvements de résistance et le double phénomène de construction et de remise en cause des États et des empires coloniaux.

Jeudi 14 octobre 2010

9 h – 9 h 15 : Accueil des participants

9 h 15 : ouverture du colloque par Mme Cécile Vidal (directrice du CENA) et M. Christophe Charle (directeur de l’IHMC)

9 h 30 – 12 h 30 : Révolte, rébellion ou refus ? Théories et pratiques de la résistance fiscale

Présidente de séance : Nonna Mayer (Centre d’études européennes, Sciences Po, Paris)

- Aurélien Lignereux (Université d’Angers) : « La face fiscale des rébellions dans l’empire napoléonien (1800-1814) »
- José Antonio Sanchez Roman (Complutense University of Madrid) : « Resistance without revolt. The shaping of a tax culture in Modern Argentina »
- Isabelle Ohayon (CNRS, CERCEC/EHESS, Paris) : « Réinscrire la collectivisation en URSS dans une généalogie de la révolte fiscale : les soulèvements d’Asie centrale de la fin de la NEP et des années 1929-1930 »
- Nicolas Delalande (Centre d’histoire de Sciences Po, Paris) et Romain Huret (Université Lyon 2, CENA/EHESS) : « L’historiographie des révoltes fiscales »

14 h – 18 h : Élites et classes populaires : quelles pratiques ? Quelles alliances ?

Président de séance : Olivier Dard (Université Paul Verlaine-Metz, CRUHL)

- Mark Spoerer (Institut historique allemand, Paris) : « Tax evasion and tax competition in 19th century Germany and Switzerland »
- Christophe Farquet (Université de Lausanne) : « Une révolte fiscale discrète : les arriérés d’impôts des milieux économiques suisses à l’étranger durant l’entre-deux-guerres »
- Oscar Bascuñán Añover (Universidad de Castilla-La Mancha, Madrid) et Jeanne Moisand (Université Paris 1, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « The tax and subsistence riots in Spain between the Cuban war of Independence and the First World War (1898-1920) »
- Alexis Spire (CNRS, CERAPS/Lille 2) : « L’élargissement des bases sociales de l’antifiscalisme en France dans les années 1970 »

Vendredi 15 octobre 2010

9 h 30 – 12 h 30 : Résistance fiscale, antiétatisme et construction nationale

Président de séance : Martin Daunton (Trinity Hall, University of Cambridge)

- Florian Schui (Royal Holloway, University of London): « Not so disciplined after all : fiscal reform and taxpayer resistance in Prussia, c. 1766-1787 »
- Stijn Van de Perre (Ghent University) : « Tax revolt, tax culture shock and nation building. The Belgian case of 1830 »
- Elsbeth Heaman (McGill University, Montréal) : « Tax revolt as ethnic identity in Mid-Victorian British Columbia »
- Attila Aytekin (Middle East Technical University, Ankara) : « Tax revolts from the Tanzimat to the Young Turk Revolution : popular protest and state formation in the 19th century Ottoman Empire »
- Samia El Mechat (Université de Nice Sophia, IHTP/CNRS) : « La Tunisie entre réformes et révoltes. L’exemple de l’insurrection de 1864 »

14 h – 18 h 00 : Empire, anticolonialisme et antifiscalisme

Présidente de séance : Sylvie Thénault (CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle/Paris 1)

- Marie-Cécile Thoral (Coventry University) : « Révoltes fiscales en milieu colonial sous le Directoire : Napoléon face aux réactions égyptiennes à la perception de l’impôt foncier »
- Shirley M. Tillotson (Dalhousie University, Halifax): « Loyalist and liberal tax rhetorics, in between empires »
- Chikouna Cisse (Université de Cocody, Abidjan) : « Révoltes, affrontements et migrations en AOF : l’insurrection de 1902 en pays pallaka (Côte d’Ivoire) »
- Laurent Manière (Université Paris Diderot-Paris 7, SEDET) : « Impôts et modes de contestations fiscales au Dahomey durant l’entre-deux-guerres »

Contacts :
- Nicolas Delalande : nicolas.delalande@sciences-po.fr
- Romain Huret : Romain.Huret@ehess.fr


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Conférence

Laisser un commentaire