Le thé, une boisson empoisonnée ?

L’usage politique de l’histoire n’est pas nouveau. Avec habileté, les conservateurs américains ont repris à leur compte l’épisode mythique de la Boston Tea Party pour ancrer leur revendication dans un passé historique exceptionnel. Chaque enfant américain a entendu parler de cette ruse des colons, déguisés en Indiens, pour jeter à la mer des cargaisons de thés. Dans l’esprit des conservateurs, l’évènement est fondateur ; le refus de l’impôt devient ensuite constitutif de l’expérience américaine, nous disent-ils à longueur d’entretiens, recueillis par des journalistes, décontenancés par ce mouvement décousu, populiste et sans véritable leader. La Boston Tea Party de 1773 ne fut pourtant pas une révolte fiscale au sens propre car aucun impôt nouveau ne fut levé, ce fut plutôt une querelle commerciale autour d’une exemption de droits d’accise, où se mêlèrent parfaitement intérêts commerciaux des colons et revendications politiques d’une jeune nation en cours de formation. Dans un beau livre, The Marketplace of Revolution. How Consumer Politics Shaped American Independence, T.H. Breen est revenue avec finesse sur l’évènement, sa portée symbolique et ses effets pratiques. L’argument commercial entre les colons et les Britanniques déboucha sur un boycott des produits britanniques, notamment le thé, assimilé à une boisson maléfique. Le boycott scella une alliance politique inédite et déboucha sur la révolution américaine.
Au cours de l’automne 1773, les colonies américaines sont en émoi. Le thé, boisson longtemps réservé à l’élite, qui a connu une lente démocratisation au cours du siècle, est au cœur des préoccupations. La Couronne Britannique vient d’accorder un privilège fiscal à l’East India Company qui pourra vendre désormais moins chers ses cargaisons de thé dans les colonies. Les colons américains pour leur part, et notamment les marchands, ne jouissent pas d’un privilège similaire. Le mécontentement prend une forme politique inattendue par le biais de pétitions et d’associations comme celles des Sons of Liberty. Un quotidien new-yorkais résume alors l’état d’esprit :

« QUERIES – Respecting the TEA ACT submitted to the most serious Consideration of every person in AMERICA
Query. As there is an Act of the British Parliament in Being, that would subjugate America to Three Pence Sterling upon every Pound Weight of Tea imported from Britain; and as this Duty is voted independent of, and without the Sanction if any of our American Parliaments, what ought to be done unto every one of those traitorous Persons, who shall aid or abet the Importation of, or landing, the said Tea in any part of America, till the Act is totally repealed, jointly by King, Lords, and Commons?
Answer. Such base Traitors to this Country, without Exception, should immediately and resolutely be dragged from Concealment; they should be transported, or forced from every Place in America, loaded with the most striking Badges of Disgrace…

Query. What will be most effectual Methods of Proceeding, to obtain a Repeal of the said oppressive, unconstitutional Act?

Ans. TO USE NO TEA, at least for the present, for if any Persons should give the Sellers more that the usual Price for tea, he ought to be held up as mortal Enemy to American Freedom. And, — brave Americans« . (cité dans Breen, p. 301).

Le 16 décembre, des habitants de Boston, déguisés en Indiens, s’en prennent aux cargaisons de thé et les jettent dans la mer. La réaction de la Couronne britannique ne se fait pas attendre. Dans les semaines qui suivent, des lois, connues sous le nom d’Intolerable Acts, sont votées en représailles. Les colons américains décident alors de boycotter le thé. Un pamphlet, publié en Caroline du Sud, intitulé On Patriotism, assimile le thé à un poison : « the baneful chests of tea contained in them a slow poison, in a political as well as physical sense. They contain something worse than death – the seeds of SLAVERY ». D’autres journaux invitent les colons à brûler les herbes empoisonnées dans des lieux publics. A la place de cette maléfique boisson, des tisanes d’inspiration locale ou de mystérieux breuvages concoctés par des patriotes sont proposés. Gardiennes de l’ordre domestique, les femmes jouent un rôle important dans cette mobilisation contre la boisson du colonisateur. S’il est difficile de mesurer les effets économiques d’un tel boycott, il s’inscrit durablement dans l’imaginaire collectif de la jeune nation sous la forme de pamphlets (A Sermon on Tea, publié en 1774, évoque les épitres de St Paul pour justifier le combat) ou des objets de la vie quotidienne (théières, jeux de cartes). Sans surprise surtout, il facilite la prise de conscience nationale et la création d’une identité américaine. Le conflit est désormais inévitable entre les colons et la métropole.
S’il existe donc une similitude entre la Boston Tea Party de 1773 et le mouvement actuel, elle est moins liée à l’existence d’une révolte fiscale qu’à la volonté d’éviter une injustice fiscale. Les colons se sentaient lésés par rapport à d’autres groupes sociaux et réclamaient la mise en place d’un privilège identique. En 2009, la revendication est en partie similaire : les conservateurs réclament le maintien des privilèges fiscaux colossaux, consentis par les administrations républicaines au cours des trente dernières années. En 1774, cette lutte commerciale en faveur d’un privilège fiscal déboucha sur une révolution politique. Quand sera-t-il de ce combat politique pour la préservation des privilèges fiscaux de groupes jusqu’alors choyés fiscalement ?

Joan Baez, une héroïne antifiscale?

Le combat antifiscal a toujours besoin de héros, d’un chef charismatique pour incarner la résistance des individus, faits de chair et de sang, face à l’anonymat de l’Etat et de ses agences de collecte de l’impôt. De Pierre Poujade en France à Jarvis Howard dans les années 1970 en Californie, le vingtième siècle a prolongé une tradition ancienne. Dans les années 1960, une jeune musicienne folk, Joan Baez, incarne la contestation progressiste contre l’Etat fiscal et ses ramifications militaires. En 1967, pour dénoncer l’utilisation de la fiscalité à des fins militaires, elle réclame un remboursement des sommes qu’elle a versées au titre de l’impôt sur le revenu. En 1966, elle a payé 61 000 dollars d’impôt et exige du fisc américain, l’Internal Revenue Service (IRS), un remboursement de 36 500 dollars. Elle annonce également qu’elle déduira systématiquement une partie des sommes à payer pour dénoncer l’instrumentalisation de l’impôt à des fins militaires. Avec d’autres militants de la Nouvelle Gauche américaine, la chanteuse fit l’objet d’une surveillance accrue de la part de l’IRS, utilisé de plus en plus par les présidents américains comme une arme politique. Cette mise sous contrôle a fait l’objet d’une étude intéressante, en dépit de ses défauts de construction, de la part de John Andrew, Power to Destroy: The Political Uses of the IRS from Kennedy to Nixon. Si l’épisode est connu, la participation de Baez à la campagne contre l’impôt sur le téléphone l’est moins. En 1898, au moment de la guerre de Cuba, l’Etat américain décide de créer une taxe prélevée par les compagnies de téléphone pour soutenir l’effort de guerre. Dans les années 1960, les militants hostiles à la guerre décident de retrancher à leur facture le montant de l’impôt. La stratégie est habile et oblige l’IRS à négocier avec la compagnie de téléphone. De plus, le montant dérisoire, souvent quelques dollars, oblige le fisc à entamer de couteuses procédures pour un gain minime. L’objectif est simple : faire en sorte que le coût du prélèvement de l’impôt coûte plus que l’impôt lui-même. Lors d’un séjour à Swarthmore College pour dépouiller les archives de la Peace Collection sur la mobilisation pacifiste et antifiscale d’individus et d’organisations, j’ai retrouvé la figure tutélaire de Joan Baez pour soutenir ce combat. Le 15 avril 1970, le 15 avril étant le dernier jour pour déclarer ses impôts aux Etats-Unis, Joan Baez envoie une lettre à ses « amis de l’IRS », lettre dont je reproduis les propos intégralement : « Once again I must refuse to pay any percentage of my federal income tax to a nation involved in the blatant butchery that America is busying herself with and currently and most obviously in Indochina. She stepped up killing of the Indochinese in the form of the air war in something hideous beyond words. I encourage everyone who works for IRS to quit her and his job. Thus cease collecting money which buys this war, and I encourage everyone who pays income tax to stop and this stop paying for one of the worst atrocities since the beginning of what we call civilization ». Amie de Mandy Carter, une militante de la Nouvelle-Gauche, qui centralise la contestation en Californie, Joan Baez apporte son soutien à ce refus de l’impôt sur le téléphone. Elle participe à des concerts de soutien dont l’objectif est de trouver de nouveaux militants . A plusieurs reprises, elle transmet les lettres d’individus à Mandy Carter car elle s’avoue peu armée pour donner des conseils techniques sur les manières d’affronter le fisc lorsque celui-ci souhaite recouvrir les sommes non-payées. Comme elle l’avoue dans une lettre envoyée en 1973, « I only have my own experience of nothing happening to me for refusing the tax ». Craignant une publicité peu élogieuse, l’IRS ciblait avec soin les bons et les mauvais contribuables.

Peace Collections, Swarthmore College
Peace Collections, Swarthmore College