Barack Obama, première victime du tea party movement?

L’usage politique de l’histoire ne date pas d’aujourd’hui. Pour les opposants à l’impôt, le recours aux précédents historiques est un lieu commun. Aux Etats-Unis, la liste est longue des mythes fournies par l’histoire nationale pour légitimer le refus de payer l’impôt. Depuis un an, date de l’investiture de Barack Obama à la Maison-Blanche, les conservateurs ont repris à leur compte la plus célèbre révolte fiscale du pays : la Boston Tea Party de 1773, acte de naissance de la révolution américaine. Leur offensive a débuté le 15 avril 2009, dernier jour pour renvoyer sa déclaration détaillant les revenus de l’année précédente.  A l’initiative d’un journaliste de CNBC, Rick Santelli, des militants manifestèrent pour dénoncer le plan de relance et son coût fiscal pour la population américaine. La référence historique était appuyée. A Boston, l’un des participants, Paul Jehle, membre de la Plymouth Rock Foundation, était habillé en révolutionnaire. Ce guide touristique en profita pour faire un cours très pédagogique sur les vertus de la contestation fiscale. La couverture médiatique fut assurée par la chaîne de télévision Fox News, porte-voix depuis des années de l’Amérique conservatrice. L’un des journalistes très en vue de la chaîne, Sean Hannity, diffusa son émission en direct d’Atlanta au milieu des contestataires. Un site Internet fut créé, Tax Day Tea Party, avec l’aide des principales organisations conservatrices du pays. Les slogans dénoncèrent tout d’abord la dimension non-américaine (un-american) de la fiscalité directe renouant avec une lecture essentialiste de la nation américaine. Un pays né d’une révolte fiscale ne peut accepter sans broncher une augmentation des impôts, affirment sans sourciller ces militants conservateurs. Ce mythe d’un ADN antifiscal résiste mal à l’analyse historique. Dans les années 1950, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les taux d’imposition étaient parmi les plus élevés du monde sans susciter de refus violent de la part des Américains. En arrivant à la Maison-Blanche, Barack Obama a très modestement remis de l’ordre dans les importantes réductions d’impôt accordées sous les mandats républicains de Ronald Reagan (1981-1988) et George W. Bush (2001-2008). Sa politique fiscale renoue avec des pratiques budgétaires plus rigoureuses au regard notamment de la croissance des dépenses militaires. Dans les rues d’Atlanta, Boston ou Washington D.C., les militants étaient convaincus de l’inverse. Les drapeaux américains, portés avec fierté, indiquaient leur volonté de défendre cette tradition nationale. Autre argument de cette rhétorique conservatrice, l’usage de l’impôt fut critiqué. Dénonçant la gabegie des démocrates dès qu’ils arrivent au pouvoir, les conservateurs rebaptisèrent Washington D.C. le District of Corruption, et Obama reçut le sobriquet de « socialiste » pour dénoncer sa volonté d’affecter les rentrées fiscales à une réforme en cours du système de santé. Si la rhétorique est simpliste, elle connut un beau succès médiatique. Depuis ce premier rendez-vous, les « tea parties » et les « tea bags » sont devenus des signes de ralliement des conservateurs en quête de solutions après la défaite de l’automne 2008. A l’été 2009, et lors de la campagne récente pour le poste de sénateur dans le Massachusetts, de nouvelles manifestations eurent lieu, renouant avec la geste coloniale. Comme je l’ai écrit dans un ouvrage publié il y a deux ans, la mobilisation conservatrice a encore de beaux jours devant elle, l’histoire américaine foisonnant de références anti-fiscales. L’usage historique de ce passé est désormais un fardeau bien lourd pour l’actuel président des Etats-Unis.