Joan Baez, une héroïne antifiscale?

Le combat antifiscal a toujours besoin de héros, d’un chef charismatique pour incarner la résistance des individus, faits de chair et de sang, face à l’anonymat de l’Etat et de ses agences de collecte de l’impôt. De Pierre Poujade en France à Jarvis Howard dans les années 1970 en Californie, le vingtième siècle a prolongé une tradition ancienne. Dans les années 1960, une jeune musicienne folk, Joan Baez, incarne la contestation progressiste contre l’Etat fiscal et ses ramifications militaires. En 1967, pour dénoncer l’utilisation de la fiscalité à des fins militaires, elle réclame un remboursement des sommes qu’elle a versées au titre de l’impôt sur le revenu. En 1966, elle a payé 61 000 dollars d’impôt et exige du fisc américain, l’Internal Revenue Service (IRS), un remboursement de 36 500 dollars. Elle annonce également qu’elle déduira systématiquement une partie des sommes à payer pour dénoncer l’instrumentalisation de l’impôt à des fins militaires. Avec d’autres militants de la Nouvelle Gauche américaine, la chanteuse fit l’objet d’une surveillance accrue de la part de l’IRS, utilisé de plus en plus par les présidents américains comme une arme politique. Cette mise sous contrôle a fait l’objet d’une étude intéressante, en dépit de ses défauts de construction, de la part de John Andrew, Power to Destroy: The Political Uses of the IRS from Kennedy to Nixon. Si l’épisode est connu, la participation de Baez à la campagne contre l’impôt sur le téléphone l’est moins. En 1898, au moment de la guerre de Cuba, l’Etat américain décide de créer une taxe prélevée par les compagnies de téléphone pour soutenir l’effort de guerre. Dans les années 1960, les militants hostiles à la guerre décident de retrancher à leur facture le montant de l’impôt. La stratégie est habile et oblige l’IRS à négocier avec la compagnie de téléphone. De plus, le montant dérisoire, souvent quelques dollars, oblige le fisc à entamer de couteuses procédures pour un gain minime. L’objectif est simple : faire en sorte que le coût du prélèvement de l’impôt coûte plus que l’impôt lui-même. Lors d’un séjour à Swarthmore College pour dépouiller les archives de la Peace Collection sur la mobilisation pacifiste et antifiscale d’individus et d’organisations, j’ai retrouvé la figure tutélaire de Joan Baez pour soutenir ce combat. Le 15 avril 1970, le 15 avril étant le dernier jour pour déclarer ses impôts aux Etats-Unis, Joan Baez envoie une lettre à ses « amis de l’IRS », lettre dont je reproduis les propos intégralement : « Once again I must refuse to pay any percentage of my federal income tax to a nation involved in the blatant butchery that America is busying herself with and currently and most obviously in Indochina. She stepped up killing of the Indochinese in the form of the air war in something hideous beyond words. I encourage everyone who works for IRS to quit her and his job. Thus cease collecting money which buys this war, and I encourage everyone who pays income tax to stop and this stop paying for one of the worst atrocities since the beginning of what we call civilization ». Amie de Mandy Carter, une militante de la Nouvelle-Gauche, qui centralise la contestation en Californie, Joan Baez apporte son soutien à ce refus de l’impôt sur le téléphone. Elle participe à des concerts de soutien dont l’objectif est de trouver de nouveaux militants . A plusieurs reprises, elle transmet les lettres d’individus à Mandy Carter car elle s’avoue peu armée pour donner des conseils techniques sur les manières d’affronter le fisc lorsque celui-ci souhaite recouvrir les sommes non-payées. Comme elle l’avoue dans une lettre envoyée en 1973, « I only have my own experience of nothing happening to me for refusing the tax ». Craignant une publicité peu élogieuse, l’IRS ciblait avec soin les bons et les mauvais contribuables.

Peace Collections, Swarthmore College
Peace Collections, Swarthmore College

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.