Barack Obama, première victime du tea party movement?

L’usage politique de l’histoire ne date pas d’aujourd’hui. Pour les opposants à l’impôt, le recours aux précédents historiques est un lieu commun. Aux Etats-Unis, la liste est longue des mythes fournies par l’histoire nationale pour légitimer le refus de payer l’impôt. Depuis un an, date de l’investiture de Barack Obama à la Maison-Blanche, les conservateurs ont repris à leur compte la plus célèbre révolte fiscale du pays : la Boston Tea Party de 1773, acte de naissance de la révolution américaine. Leur offensive a débuté le 15 avril 2009, dernier jour pour renvoyer sa déclaration détaillant les revenus de l’année précédente.  A l’initiative d’un journaliste de CNBC, Rick Santelli, des militants manifestèrent pour dénoncer le plan de relance et son coût fiscal pour la population américaine. La référence historique était appuyée. A Boston, l’un des participants, Paul Jehle, membre de la Plymouth Rock Foundation, était habillé en révolutionnaire. Ce guide touristique en profita pour faire un cours très pédagogique sur les vertus de la contestation fiscale. La couverture médiatique fut assurée par la chaîne de télévision Fox News, porte-voix depuis des années de l’Amérique conservatrice. L’un des journalistes très en vue de la chaîne, Sean Hannity, diffusa son émission en direct d’Atlanta au milieu des contestataires. Un site Internet fut créé, Tax Day Tea Party, avec l’aide des principales organisations conservatrices du pays. Les slogans dénoncèrent tout d’abord la dimension non-américaine (un-american) de la fiscalité directe renouant avec une lecture essentialiste de la nation américaine. Un pays né d’une révolte fiscale ne peut accepter sans broncher une augmentation des impôts, affirment sans sourciller ces militants conservateurs. Ce mythe d’un ADN antifiscal résiste mal à l’analyse historique. Dans les années 1950, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les taux d’imposition étaient parmi les plus élevés du monde sans susciter de refus violent de la part des Américains. En arrivant à la Maison-Blanche, Barack Obama a très modestement remis de l’ordre dans les importantes réductions d’impôt accordées sous les mandats républicains de Ronald Reagan (1981-1988) et George W. Bush (2001-2008). Sa politique fiscale renoue avec des pratiques budgétaires plus rigoureuses au regard notamment de la croissance des dépenses militaires. Dans les rues d’Atlanta, Boston ou Washington D.C., les militants étaient convaincus de l’inverse. Les drapeaux américains, portés avec fierté, indiquaient leur volonté de défendre cette tradition nationale. Autre argument de cette rhétorique conservatrice, l’usage de l’impôt fut critiqué. Dénonçant la gabegie des démocrates dès qu’ils arrivent au pouvoir, les conservateurs rebaptisèrent Washington D.C. le District of Corruption, et Obama reçut le sobriquet de « socialiste » pour dénoncer sa volonté d’affecter les rentrées fiscales à une réforme en cours du système de santé. Si la rhétorique est simpliste, elle connut un beau succès médiatique. Depuis ce premier rendez-vous, les « tea parties » et les « tea bags » sont devenus des signes de ralliement des conservateurs en quête de solutions après la défaite de l’automne 2008. A l’été 2009, et lors de la campagne récente pour le poste de sénateur dans le Massachusetts, de nouvelles manifestations eurent lieu, renouant avec la geste coloniale. Comme je l’ai écrit dans un ouvrage publié il y a deux ans, la mobilisation conservatrice a encore de beaux jours devant elle, l’histoire américaine foisonnant de références anti-fiscales. L’usage historique de ce passé est désormais un fardeau bien lourd pour l’actuel président des Etats-Unis.

Joan Baez, une héroïne antifiscale?

Le combat antifiscal a toujours besoin de héros, d’un chef charismatique pour incarner la résistance des individus, faits de chair et de sang, face à l’anonymat de l’Etat et de ses agences de collecte de l’impôt. De Pierre Poujade en France à Jarvis Howard dans les années 1970 en Californie, le vingtième siècle a prolongé une tradition ancienne. Dans les années 1960, une jeune musicienne folk, Joan Baez, incarne la contestation progressiste contre l’Etat fiscal et ses ramifications militaires. En 1967, pour dénoncer l’utilisation de la fiscalité à des fins militaires, elle réclame un remboursement des sommes qu’elle a versées au titre de l’impôt sur le revenu. En 1966, elle a payé 61 000 dollars d’impôt et exige du fisc américain, l’Internal Revenue Service (IRS), un remboursement de 36 500 dollars. Elle annonce également qu’elle déduira systématiquement une partie des sommes à payer pour dénoncer l’instrumentalisation de l’impôt à des fins militaires. Avec d’autres militants de la Nouvelle Gauche américaine, la chanteuse fit l’objet d’une surveillance accrue de la part de l’IRS, utilisé de plus en plus par les présidents américains comme une arme politique. Cette mise sous contrôle a fait l’objet d’une étude intéressante, en dépit de ses défauts de construction, de la part de John Andrew, Power to Destroy: The Political Uses of the IRS from Kennedy to Nixon. Si l’épisode est connu, la participation de Baez à la campagne contre l’impôt sur le téléphone l’est moins. En 1898, au moment de la guerre de Cuba, l’Etat américain décide de créer une taxe prélevée par les compagnies de téléphone pour soutenir l’effort de guerre. Dans les années 1960, les militants hostiles à la guerre décident de retrancher à leur facture le montant de l’impôt. La stratégie est habile et oblige l’IRS à négocier avec la compagnie de téléphone. De plus, le montant dérisoire, souvent quelques dollars, oblige le fisc à entamer de couteuses procédures pour un gain minime. L’objectif est simple : faire en sorte que le coût du prélèvement de l’impôt coûte plus que l’impôt lui-même. Lors d’un séjour à Swarthmore College pour dépouiller les archives de la Peace Collection sur la mobilisation pacifiste et antifiscale d’individus et d’organisations, j’ai retrouvé la figure tutélaire de Joan Baez pour soutenir ce combat. Le 15 avril 1970, le 15 avril étant le dernier jour pour déclarer ses impôts aux Etats-Unis, Joan Baez envoie une lettre à ses « amis de l’IRS », lettre dont je reproduis les propos intégralement : « Once again I must refuse to pay any percentage of my federal income tax to a nation involved in the blatant butchery that America is busying herself with and currently and most obviously in Indochina. She stepped up killing of the Indochinese in the form of the air war in something hideous beyond words. I encourage everyone who works for IRS to quit her and his job. Thus cease collecting money which buys this war, and I encourage everyone who pays income tax to stop and this stop paying for one of the worst atrocities since the beginning of what we call civilization ». Amie de Mandy Carter, une militante de la Nouvelle-Gauche, qui centralise la contestation en Californie, Joan Baez apporte son soutien à ce refus de l’impôt sur le téléphone. Elle participe à des concerts de soutien dont l’objectif est de trouver de nouveaux militants . A plusieurs reprises, elle transmet les lettres d’individus à Mandy Carter car elle s’avoue peu armée pour donner des conseils techniques sur les manières d’affronter le fisc lorsque celui-ci souhaite recouvrir les sommes non-payées. Comme elle l’avoue dans une lettre envoyée en 1973, « I only have my own experience of nothing happening to me for refusing the tax ». Craignant une publicité peu élogieuse, l’IRS ciblait avec soin les bons et les mauvais contribuables.

Peace Collections, Swarthmore College
Peace Collections, Swarthmore College